© Bleu de Berlin - 2019

Abonnez-vous à la newsletter trimestrielle
corinne.jpg

Artiste sculpteur, Corinne Baud se forme dans l'atelier du sculpteur Sylvie Lejeune, à Paris. Son travail se nourrit d'écritures, de marche, de déplacements en différents lieux notamment des résidences artistiques, confrontant alors le corps au milieu dans lequel il évolue. Il n'y a pas de lieu fixe, mais plusieurs lieux d'échanges, de silence. Sa démarche artistique part d'une volonté de questionner, repenser et se réapproprier nos us et coutumes.

Sculpteur en taille directe

CORINNE BAUD

xavier.jpg

Xavier Blondeau est enseignant-chercheur, Maître de conférence à l'Université de Cergy-Pontoise. À la suite de voyages dans les étendues désertiques de l'Antarctique et de la Nouvelle-Zélande, il s'interroge sur la place de l'individu dans son environnement et se tourne vers la photographie pour matérialiser ses interrogations.

Autodidacte depuis l'âge de 16 ans, c'est à partir de 2009 qu'il se professionnalise et qu'à travers différentes séries, il cherche une réponse à ses questions, de plus en plus intime, d'abord instinctive puis de plus en plus structurée, jusqu'à approcher une forme esthétique très épurée.
Depuis 2011, Xavier Blondeau multiplie les expositions, les nominations et les prix.

Photographe Auteur

XAVIER BLONDEAU

flo.jpg

Parallèlement à son travail de graphiste et de typographe, Florence Boudet développe dans son atelier des expérimentations autour du lettrage et des techniques d’impressions qui viennent constamment enrichir son travail de nouvelles réflexions. Passionnée de sciences et d’histoire naturelle, elle porte sur la nature un regard infiniment curieux : les créatures, animales, végétales ou minérales, arrivent toujours d’une manière ou d’une autre à se faufiler quelque part dans ses travaux. C’est comme un guide, une toile de fond qui finit toujours par transparaître tant elle est omniprésente.

Designer graphiste et sérigraphe

FLORENCE BOUDET

choeur.jpg

À travers différentes médiations artistiques, Vanille Fiaux, directrice artistique du Fitorio Théâtre, propose de poser un regard sur « L’être au Féminin » aujourd’hui et avec l’écho des jours anciens. Du C(h)œur des Femmes se déploie depuis juin 2018 à Nantes, sur le quartier Malakoff. Il propose aux femmes d’en être les créatrices et les muses, de questionner les rapports « mères-filles », « femme-femme en devenir », de confronter les expériences, de stimuler la circulation libre de la parole dans ce lien intergénérationnel parfois complexe et de mettre au centre de la création, la richesse de la transmission.

Chœur de femmes

DU C(H)ŒUR DES FEMMES

jean-marie.jpg

Diplômé d'une maîtrise d'arts plastiques et d'un master de valorisation du patrimoine, Jean-Marie Flageul travaille le dessin, la gravure sur bois et la gravure en taille douce. Ses créations sont le fruit d'expériences sensibles, basées sur l'observation du quotidien lors de déambulations, de marches et d'errances. Les paysages deviennent formes, traits, pleins et vides afin de créer un nouveau territoire propre à l'œuvre. Son utilisation du trait à la fois en dessin et en gravure invite le spectateur à explorer l'œuvre afin de redessiner lui-même les contours de sa propre expérience.

Graveur et dessinateur

JEAN-MARIE FLAGEUL

marthe.jpg

Autodidacte, Marthe Eelnöhel regarde le quotidien à travers le viseur de son appareil photo. Au fil des années, par pur plaisir esthétique, elle rassemble un fond d’images insolites suivant la logique d’une thématique qui l’inspire, ou au hasard de ses pérégrinations, posant un regard émerveillé sur de petits riens. Une couleur, une lumière, un reflet, un arbre, une plaque d’égout... tout chez l'artiste devient source d’inspiration. Elle mêle à la spontanéité de certains clichés, l'utilisation de filtres ou de retouches d'image, créant des séries inédites qui se rapprochent de la composition graphique.

Photographe

MARTHE EELNÖHEL

ewa.jpg

Ewa Hauton est née en Pologne où elle a étudié aux Beaux-Arts. Elle est arrivée en France en 1990. Après l'obtention d'un diplôme de Directeur Artistique en publicité, elle commence une activité de graphiste, plasticienne, et scénographe. Depuis plus de 10 ans, elle se consacre uniquement à la peinture. Son univers artistique traite du corps, principalement féminin. Elle travaille l'encre, la pierre noire et l'huile. Les grands formats lui permettent une liberté de geste qui contribue à l'éclosion de son œuvre, mêlant peinture et dessin tout en gardant la transparence.

Artiste peintre

EWA HAUTON

evelyne.jpg

Evelyne Jolivet est chorégraphe, originaire de Pont L’Abbé. La jeune femme a toujours dansé, sous l’œil de Karin Waehner à Paris puis celui de Dominique Petit à Nantes, elle se passionne pour le mouvement, sa quintessence et son rapport aux arts.
Sa formation de chorégraphe en main, elle fuit cet enseignement académique et se plonge à corps perdu, en autodidacte, dans l’expression brute du geste. Elle créé la compagnie "Chacun cherche son pas » et le premier tableau de « La pierre du vivant ».

Animée par le désir de transmettre, elle se dirige vers les enfants dont la spontanéité lui permet d’explorer le mouvement à sa source. Elle est titulaire de l’agrément de l’académie de Nantes.

Chorégraphe

EVELYNE JOLIVET

fred.jpg

Éponge du quotidien, papier buvard des aléas, Fred Mazère a d’abord cherché à s’exprimer par les mots. Page blanche posée et crayon de bois en main, rien ne sort. Ou plutôt si. Des traits, des silhouettes, des visages, d’autres visages, et encore d’autres visages qui s’imbriquent les uns dans les autres…Dans ses « dessinages » comme il les appelle, le dessin se construit en suivant un cheminement spontané, connecté aux sentiments de l’auteur, souvent en noir et blanc. «Je pars d’une page blanche, je trace un sillon, ce sont souvent des visages, très bande dessinée. Au début, c’est chaotique et puis une histoire se met en place». Dessins, peintures, volumes, bustes… l’éventail d’expérimentation de l’artiste s’élargit. Avec toujours la liberté pour guide.

Artiste peintre

FRED MAZÈRE

milena.jpg

Milena Picard est auteure de bandes dessinées et illustratrice. Diplômée de l’École Européenne Supérieure des Arts de Quimper, elle a également suivi le programme Erasmus à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. En 2014, elle part se spécialiser à l’école Saint-Luc de Liège en section bandes dessinées.

De retour en France en 2016, elle s'installe à Nantes. Elle sera résidente à l’atelier Manu Manu, de la Maison Fumetti durant toute l'année 2018.

Auteure de bandes-dessinées, illustratrice

MILENA PICARD

thomas.jpg

Thomas de la Pinta est né 10 ans avant de réaliser sa première planche, nous sommes alors en 1988. Crayon en main il se dirige vers des études d’art : bac option Arts Appliqués, Beaux-Arts, puis court passage à l’école de bandes dessinées d’Angoulême.

Artiste pluri-disciplinaire, Thomas est connu pour son travail de peinture et de gravure à la taille douce auquel il se consacre depuis les années 2000, d’abord en Bretagne puis à Nantes où il vit depuis 2010.

Jamais très loin, ses cahiers de croquis se garnissent et il finit par ouvrir un blog de bandes dessinées en 2014.

Peintre, graveur en taille douce et auteur de bandes-dessinnées

THOMAS DE LA PINTA

pascal.jpg

Pascal Proust est plasticien-scénographe.

A travers sa démarche, il interroge notre relation à l’architecture, à la ville et à son urbanisme. Il bouscule l’ordre établi des formes, engage le questionnement sur la perception de la réalité, de l’authenticité de nos habitudes visuelles et déplace le regard dans le champ de l’invisible, de l’espace du rêve et de l’utopie.
Par le jeu de l’abstraction, il s’éloigne des codes classiques de représentation, invente un nouveau discours relatif aux formes, au jeu d’échelles et à la perspective.
Il naît dans sa production, un univers hybride, archi-utopique qu'il explore à travers les différentes techniques que sont la peinture, la sculpture, le dessin et l’installation.

Plasticien scénographe

PASCAL PROUST

marieV.jpg

À partir d’un travail photographique, Marie Vandooren s’est interrogée sur la ville et ses mutations dans la limite de leurs contraintes pour l'homme. Elle pose alors la question de notre place dans cette ville, alors que tout est déjà pensé en amont.
Elle traduit cette réflexion en peinture puis dans la volonté de s’inscrire dans un certain engagement social, elle poursuit sa démarche dans un fanzine : « problème », toujours autour du thème de notre environnement.
Dernièrement elle travaille la sérigraphie avec pour thème central l’architecture : elle extrait un bâtiment de son environnement habituel et avec un jeu de miroir inversé elle crée une forme autonome qui défie la gravité, sorte d’objet architectural non identifié, dont l’apparence harmonieuse outrepasse la fonction originelle.

Artiste plasticienne

MARIE VANDOOREN

  • Facebook Social Icône